Conférences de L'Unebévue 2019

ahouansou iÀ la recherche du devenir femme n/Noire

Mariquian AHOUANSOU

Samedi 6 avril 2019 de 14H00 à 16H30

au rez-de-chaussée du Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris

 

Argument

« Fracture coloniale », « situation postcoloniale », « question noire », « condition noire »,  etc., la majorité des analyses qui se concentrent sur les relations raciales françaises depuis une  dizaine d’années appréhendent le phénomène de façon descriptive. Ces études qui articulent le  racial et le social se sont engouffrées dans des approches d’inspiration postcoloniale et des  discriminations raciales qui ont pour paradigme dominant de s’apparenter à la (re)construction  d’une frise chronologique, avec ses ruptures qui attestent des nouveautés sur- venues depuis notre entrée dans le troisième millénaire.

Au lieu d’une approche similaire, j’utilise la méthode transversale préconisée par Félix Guattari. Il s’agit pour ma part d’élaborer une épistémologie de la singularité au lieu de rabattre mes données sur « des épistémologies rationnelles et centrées », canons de la littérature anthropologique. En effet, la transversalité acéphale, qui multiplie les connexions diagonales, dans le but stratégique de déjouer les formations de pouvoir de l'événement, à travers ce qui paraît anecdotique et qui fait la matière d'une ethnographie, souligne simultanément la vitesse à laquelle les subjectivités se font et se défont, de même qu'elle invite une analyse de type cartographique qui retrace les diverses trajectoires qu’a suivi la société entre 2006 et 2015 : période que je me suis engagée à tenter de cartographier dans ma recherche.

À l’expression « politique identitaire », je préfère celle d’« identité politique » au sens où j’entends le mouvement de la vie comme une politique. Je pars du postulat que « [le] visage est une politique » afin d’examiner le devenir français n/Noir. Cette notion de devenir utilisée par Deleuze et Guattari dans Qu’est-ce que la philosophie ? m’a permis de m’affranchir des catégories  de race, d’identité et de pouvoir pour penser la subjectivité dans un processus vitaliste. « Le devenir n’est pas de l’histoire ; l’histoire désigne seulement l’ensemble des conditions si récentes soient elles, dont on se détourne pour « devenir », c’est-à-dire pour créer quelque chose de nouveau. C’est exactement ce que Nietzsche appelle l’Intempestif. Mai 68 a été la manifestation, l’irruption d’un devenir à l’état pur. […] On dit que les révolutions ont un mauvais avenir. Mais on ne cesse de mélanger deux choses, l’avenir des révolutions dans l’histoire et le devenir révolutionnaire des gens. Ce ne sont pas les mêmes gens dans les deux cas. La seule chance des  hommes est dans le devenir révolutionnaire, qui peut seul conjurer la honte, ou répondre à l’intolérable ». Gilles Deleuze, Pourparlers.

Et plutôt que de parler d’agency et d’empowerment, j’ai choisi de parler de subjectivation, ce qui permet de s’éloigner d’une lecture essentialisante (biologique et psychologique) des identités et facilite la reconnaissance de la construction du soi dans la vie sociale (en soulignant le fait que les individus possèdent des identités multiples). Cependant, la renaissance d’une subjectivation noire a été jusqu’à présent appréhendée sur le mode d’identités préexistantes (nègre, antillaises, africaine, noire), comme des processus plus ou moins harmonieux résultant d’une normalité stable avec des changements d’identités minimaux – de Nègre à Antillais  et à Africains, d’Antillais à Français et d’Africains à Noir, en formant des groupes explicitement  scindés. C’est la lutte exigée dans le façonnement des identités politiques et son corollaire, la  créativité qu’elle implique, qui manifeste la singularité. Ici la pensée de Deleuze et Guattari  présente un avantage particulier car le processus de sub- jectivation est appréhendé comme «  toujours mouvement », et l’expérience ou le souvenir ont toujours une fonction de reterritorialisation.

« Le nouveau, l’intéressant, c’est l’actuel. L’actuel n’est pas ce que nous sommes, mais plutôt ce que nous devenons, ce que nous sommes en train de devenir, c’est à dire l’Autre, notre devenir-autre. Le présent, au contraire, c’est ce que nous sommes et, par là même, ce que nous cessons déjà d’être. Nous devons distinguer non seulement la part du passé et du présent, mais,
plus profondément, celle du présent et celle de l’actuel. Non pas que l’actuel soit la préfiguration même utopique d’un avenir encore de notre histoire, mais il est le maintenant de notre devenir ». Deleuze et Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?

 

Petit choix bibliographique

AHOUANSOU Kpêdétin Mariquian (2007), La formation identitaire des Français de couleur dans
la ville de Lyon
- (2008) Filles et fils d'esclaves, filles et fils de colonisés
- (2012) De la diaspora en suspens
-(2019) « Olivia au Pays de Shonda. Expérimentations de désir et production», Anne
Querrien&Arnaud Villani, Agencer les multiplicités avec Deleuze, ed. Hermann, mai 2019.

BUTLER Judith, Vie précaire. Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre
2001, Éditions Amsterdam, 2005a.
- Humain, inhumain. Le travail critique des normes, Éditions Amsterdam, 2005b

CUSSET François, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie
intellectuelle aux Etats-Unis, La Découverte, 2005 (2003).
- « De quoi passer l'hiver », in Félix Guattari, Les années d'hiver (1980-1985), Les Prairies
Ordinaires, 2009/1986.
- « Le champ postcolonial et l’épouvantail postmoderne », in La Revue Internationale des Livres
et des Idées, mai-juin, n° 5, 2010, pp. 3-5 (pp. 36-40 version papier).

DELEUZE Gilles, Pourparlers 1972-1990, Les éditions de Minuit, 2003 (1990).
- Foucault, Les éditions de Minuit, 1986.

FASSIN Didier & FASSIN Éric, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la
société française, La Découverte, 2006.

GLOWCZEWSKI Barbara, Du rêve à la loi chez les Aborigènes. Mythes, rites et organisation
sociale en Australie, PUF, 1991.
- (2007), « L’indigénité entre spectacle et politique : Introduction », in Glowczewski B. et Rosita
H. (eds), Le défi indigène. Entre spectacle et politique, Paris, Aux Lieux d’Être.
(2008), « Guattari et l'anthropologie. Aborigènes et territoires existentiels », Multitudes

GUATTARI Félix, 1985, « Singularité et complexité », Les séminaires de Félix Guattari.
- Les années d'hiver. 1980-1985, Les Prairies ordinaires, 2009/1986.
- Chimères : 1-2, 1987.
- Les trois écologies, Éditions Galilée, 1989.
- (1991), « Produire une culture du dissensus : hétérogenèse et paradigme esthétique », école
d'art de Los Angeles.

GUATTARI Félix & ROLNIK Suely, Micropolitiques, Paris, Les empêcheurs de tourner en rond/Seuil, 2007.

MBEMBE Achille, Critique de la raison nègre, La Découverte, 2013.

MORRISON Toni, Toni Morrison Invitée au Louvre. Étranger chez soi, Christian Bourgeois Éditeur,
2006.
- Playing in the dark. Blancheur et imagination littéraire, Christian Bourgeois Éditeur, 2007 [1992].

TIN Louis-Georges, « Êtes-vous communautaristes ? Quelques réflexions sur la rhétorique
« anti-communautaire », Colloque EHESS, Les Noirs en France anatomie d’un groupe invisible,
19 février 2005.

ZOURABICHVILI François, Deleuze. Une philosophie de l’événement, Presses Universitaires de
France, 1996. Didier Debaise, Isabelle Stengers : Gestes spéculatifs, Les presses du réel, 2015.

Participation aux frais : 10€ l’après-midi